Home / Biotechnologie / Avancées sur les biomolécules en Lorraine
Avancées sur les biomolécules en Lorraine
BASF continue à mener ses recherches sur les biotechnologies en Lorraine et les conclusions pourraient bien intéresser les industriels de l'agroalimentaire.

Avancées sur les biomolécules en Lorraine

La signature d’une convention de partenariat entre BASF, le leader mondial de la chimie et le Conseil Régional de Lorraine renforce l’émergence d’une filière industrielle en Lorraine : la « Bioengineering Valley ». La technologie des « Plantes à Traire » mise au point par la PME innovante PAT, partenaire de BASF, vise à identifier de nouvelles biomolécules notamment pour l’agriculture.

BASF et le Conseil Régional de Lorraine ont signé le 28 mai 2015 une convention de partenariat dans le cadre du consortium BioProLor («BIOactifs PROduits en LORraine»). Déjà engagé depuis 2010 avec sa filiale BASF Beauty Care Solutions, BASF implique désormais deux autres entités en Lorraine : BASF France et BASF Agricultural Products. Objectif : le développement de biomolécules. Le Groupe cherche ainsi à amplifier les fruits de la recherche issus de l’écosystème lorrain et les porter à un niveau international dans le cadre d’un partenariat majeur.

Tester et valider les propriétés d’actifs naturels

De manière très concrète, BASF testera et validera les propriétés d’actifs naturels à visée cosmétique ou phytopharmaceutique issus des biomolécules produites en Lorraine. Le Groupe a notamment conclu un partenariat avec la PME française innovante PAT (Plant Advanced Technologies) destiné à intensifier l’identification et la production de principes actifs capables d’atteindre les standards d’efficacité et de qualité des produits phytosanitaires ou cosmétiques conventionnels. Précurseur dans son domaine, PAT possède un positionnement et des équipements uniques au monde.

Près de Nancy, elle poursuit ses activités sur un site de production de 6 hectares hautement instrumenté permettant d’atteindre des productions de biomolécules réputées «non sourçables», tout en préservant l’environnement et la biodiversité végétale naturelle. «Notre technologie dite de la traite des plantes constitue une avancée considérable. Elle permet de fournir des biomolécules aux secteurs de la cosmétique et de la pharmacie et demain à l’agriculture» commente Jean-Paul Fèvre, Président de PAT. «Nous sommes au tout début du partenariat mais les résultats sont d’ores-et-déjà très prometteurs : le taux d’identification d’actifs d’intérêt pour la protection des cultures issus de la recherche PAT n’a jamais été rencontré jusqu’alors. Cette phase de screening nous rend très optimiste quant au développement de notre collaboration», souligne Vincent Gros, Président Europe de la division BASF Agricultural Products.

La Lorraine : un terreau favorable à la recherche et à l’innovation

La Lorraine constitue une région charnière pour BASF en raison de la présence de sa filiale cosmétique,BASF Beauty Care Solutions, à Pulnoy en Meurthe-et-Moselle et de la proximité géographique avec la maison-mère à Ludwigshafen en Allemagne (200 km de Nancy). BASF Beauty Care Solutions à Pulnoy est une entreprise d’origine Lorraine qui compte aujourd’hui 120 salariés et dispose d’une importante unité de R&D (40 chercheurs). Cette filiale du Groupe BASF est le leader mondial dans le développement et la production d’ingrédients actifs pour l’industrie cosmétique. Plus de 50% de sa production est exportée. BASF Beauty Care Solutions a toujours développé des partenariats scientifiques et plus particulièrement avec les universités.

Au sein de la «Bioengineering Valley», le Conseil Régional de Lorraine se positionne comme un facilitateur. Il favorise une organisation respectueuse de l’identité et de l’indépendance de chacune des parties pour agir sur l’emploi sur le territoire. Dans ce cadre, collaborent le leader mondial de la chimie, des PME en forte croissance issues de la recherche publique, des laboratoires de recherche de l’Université de Lorraine et de grands instituts de recherche publique (CNRS, INRA, INRIA, INSERM) présents de manière significative dans la région. Une action à la croisée du secteur économique et de la recherche.

«La convention signée aujourd’hui illustre parfaitement qu’en Lorraine, les entreprises peuvent travailler avec des centres de recherche d’excellence pour prendre des positions de pointe sur les marchés de demain» commente Jean-Pierre Masseret, Président du Conseil Régional de Lorraine.

About Elodie

Check Also

Biocarburants : Ségolène Royal lance une mission sur le déploiement du "biokérosène"

Biocarburants : Ségolène Royal lance une mission sur le déploiement du « biokérosène »

La ministre de l’Écologie, Ségolène Royal, a annoncé jeudi au Salon aéronautique du Bourget le ...