Home / Agriculture / « Le patriotisme économique pour sauver la filière française du lait de consommation », l’appel de Syndilait
« Le patriotisme économique pour sauver la filière française du lait de consommation », l'appel de Syndilait
Prise entre le marteau et l'enclume, victime d'une crise qui n'en finit plus, la filière lait lance un appel au secours.

« Le patriotisme économique pour sauver la filière française du lait de consommation », l’appel de Syndilait

PAR SYNDILAIT

« La filière française du lait de consommation s’enfonce dans la crise. Cela fait plusieurs mois que nous tirons la sonnette d’alarme. La situation dans les laiteries françaises est devenue intenable. Face à la très forte hausse des importations, qui atteint +63% sur mars‐avril 2015 vs mars‐avril 2014, les carnets de commandes des laiteries françaises n’en finissent plus de se contracter, entraînant depuis quelques semaines une sous‐activité moyenne des sites de l’ordre de 20%, voire de 35% pour certaines laiteries.

Ce sont par conséquence, l’emploi de près de 5 000 acteurs du secteur, soit 20% des 24 000 emplois générés par la filière, qui est en jeu à court terme. Certains sites ont déjà pris la décision de mettre en œuvre du chômage technique depuis quelques jours. On s’achemine également vers des destructions massives de lait collecté par les producteurs hexagonaux, un crève‐cœur anéantissant ainsi le travail de toute une filière. En France, les sites de conditionnement et, plus largement, les élevages laitiers vivent aujourd’hui sous la menace constante de fermetures définitives, mettant en péril des milliers d’emplois.

Désormais, la seule solution pour lever l’épée de Damoclès qui pèse sur le secteur consiste à mobiliser tous les acteurs, y compris les acheteurs de la grande distribution, les consommateurs et les Pouvoirs publics, autour du patriotisme économique. Il est indispensable que tous les acteurs privilégient dans leurs achats du lait collecté et conditionné en France.   C’est dans cet objectif que les professionnels français du lait de consommation liquide, réunis au sein de Syndilait, ont lancé le logo collectif « Lait collecté et conditionné en France ». Ce logo permet d’identifier clairement le lait français et de favoriser son achat. Aujourd’hui, ce logo peut aider la filière à s’en sortir, à la seule et unique condition que tout le monde joue le jeu.

Augmentation record des importations jusqu’à la chute du marché français

Le marché français des laits de consommation est confronté à une hausse record des importations. Elles ont bondi de +63% entre mars et avril 2015 par rapport à la même période en 2014 : l’augmentation la plus forte de ces 4 dernières années. Depuis le début de l’année, ce sont près de 30 millions de litres de lait supplémentaires par rapport à la même période de l’année dernière qui sont arrivés sur le marché français, soit une augmentation de 49%, l’équivalent de 90 millions de litres sur une année. Ces importations proviennent à 97% de Belgique et d’Allemagne et, depuis quelques mois, également d’Espagne.

En octobre 2014, une forte augmentation des importations de lait de consommation avait déjà été annoncée. Elle se confirme donc et s’aggrave ! Les exportations de la filière ne permettent pas d’équilibrer la balance du commerce extérieur. Au contraire, celles‐ci sont en baisse de 6,9% en cumul depuis le début de l’année par rapport à 2014 : ‐3,7% vers les pays de l’UE, un chiffre qui atteint ‐21,9% vers les pays tiers. Ce qui fragilise encore un peu plus la filière. A l’heure où les éleveurs manifestent leur forte inquiétude quant à l’évolution de leur métier et de leur filière dans le nouveau contexte issu de la fin de quotas laitiers et de la surproduction qui en découle, il est absolument indispensable que tous les acteurs se mobilisent et s’engagent concrètement afin de privilégier le lait français, contribuant ainsi à sauver la filière laitière française, de l’éleveur jusqu’au transformateur.

Le patriotisme économique : seule bouée de sauvetage de la filière

Les professionnels interpellent donc à nouveau tous les acteurs de la filière :

• Certaines enseignes qui continuent d’importer massivement et osent exprimer qu’elles comprennent la détresse des éleveurs ! Une vision à court terme qui fragilise la filière française du lait de consommation

• Les grossistes en charge des circuits de la restauration hors foyers (hôpitaux, restauration collective et commerciale, écoles, prisons,….) qui importent également massivement du lait et qui contribuent donc également à fragiliser la filière française. Les consommateurs doivent savoir qu’ils consomment via ces circuits de plus en plus de lait en provenance d’Allemagne et de Belgique

• L’Etat qui est en partie responsable de cette situation. Les Pouvoirs publics doivent intervenir en urgence afin de faciliter l’achat français, notamment, mais pas seulement, dans le secteur de la RHF • Les consommateurs pour qu’ils privilégient l’achat de lait français et sollicitent auprès de leurs enseignes la mise à disposition de lait français, facilement reconnaissable grâce au logo « Lait collecté et conditionné en France ».

Un logo collectif pour sensibiliser les consommateurs

La filière lance donc un appel au patriotisme et à l’achat citoyen pour tenter d’inverser la tendance et sauver les emplois des professionnels du secteur. Afin d’aider les consommateurs à identifier facilement le lait d’origine française en rayon, Syndilait a lancé cette année le logo collectif « Lait collecté et conditionné en France », qui sera présent sur près de 50% des briques et bouteilles de lait d’ici la fin de l’année : les consommateurs ne devraient pas passer à côté ! De nombreuses enseignes sont déjà partenaires, mais la mobilisation de tous est indispensable pour que cette initiative puisse porter ces fruits.

Une prise de conscience nationale est donc vitale pour cette filière qui s’est restructurée en rendant son outil industriel compétitif afin d’affronter les défis laitiers à venir. La filière permet de faire vivre les salariés dans les laiteries et les producteurs de lait qui approvisionnent toute l’année ces outils industriels.   Si cette situation perdure, les usines vont continuer à fermer, les éleveurs n’auront bientôt plus de débouchés pour leur lait et disparaitront de nos campagnes. »

About Elodie

Check Also

Lait : La coopérative Fonterra va supprimer 523 emplois

Lait : La coopérative Fonterra va supprimer 523 emplois

La coopérative laitière néo-zélandaise Fonterra, leader des exportations de lait, a annoncé la suppression de ...