Home / Nutrition et Santé / Les sodas responsables de 184000 décès par an ?
sodas
On les savait dangereux pour la santé mais ils sont désormais mortels, consommés à outrance, les sodas sont dans le viseur des professionnels de la santé.

Les sodas responsables de 184000 décès par an ?

Les sodas seraient responsables de 184000 morts par an à travers le monde, d’après une étude publiée dans la revue américaine « Circulation ». Sucrés, peu riches en vitamines… ils sont la cause directes de maladies telles que le diabète, hypercholestérol ou certains cancer comme celui du foie.

Le lien est désormais établi, des chercheurs se sont penchés sur la question des sodas et leur impact sur notre santé et les conclusions sont glaçantes : 184 000 décès – a minima – y sont liés. Dans cette étude, les chercheurs ont déterminé que 133 000 morts liées à la consommation de ces

boissons ont résulté du diabète, 45000 de pathologies cardiovasculaires et 6450 de cancers.

La nutrition : une préoccupation « planétaire »

« De nombreux pays enregistrent un nombre élevé de décès résultant d’un seul facteur diététique, à savoir les sodas et autres boissons fruitées ou sucrées comme les thés glacés. Une forte réduction de leur consommation ou leur élimination devrait être une priorité planétaire », explique le Dr Dariush Mozaffarian, doyen de la faculté des sciences de la nutrition à l’Université Tufts à Boston (Massachusetts) et principal auteur de l’étude.

Environ 76% des morts liées à la consommation de sodas et autres boissons sucrées ont eu lieu dans des pays à bas et moyens revenus. Au total, la proportion de jeunes adultes souffrant de maladies chroniques comme le diabète attribuées aux sodas et autres boissons sucrées était plus élevé que chez les adultes plus âgés.

About Elodie

Check Also

Loi Evin : Entre respect de la législation et soutien à la filière viticole pour François Hollande

Loi Evin : Entre respect de la législation et soutien à la filière viticole pour François Hollande

Alors que le Sénat assouplit la Loi Evin au grand dam des professionnels de la santé et au plaisir des viticulteurs, François Hollande a joué le statu quo : soutien à la filière viticole et respect de l'équilibre de la Loi Evin.